samedi 27 décembre 2014

LES SÉRIES TURQUES À L'ASSAUT DU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
SÉRIE TURQUE, «TEMPÊTE DE PASSIONS »
Dédaignée par les principales chaînes locales, la série a finalement été programmée par la petite station Mega en mars, à une heure de grande écoute, devenant le programme télévisé le plus regardé de l'année. 

Suite à ce succès, deux autres chaînes, Canal 13 et Chilevision, ont acheté des séries turques, dont «Tempête de passions » qui sera diffusée en janvier. Entretemps, Mega, devenue une chaîne à succès, a opté pour deux autres séries turques, «Fatmagul » et « Ezel ». 

L'histoire de Shéhérazade et Onur a aussi séduit la Colombie et sera programmée en Uruguay, au Brésil, en Équateur et au Pérou. L'Argentine et la Bolivie ont également acheté la série. 

Un coup de maître pour la télévision turque, dont les séries sont devenues cultes dans des dizaines de pays à travers l'Europe et le Moyen-Orient, mais n'avaient jamais jusqu'à présent traversé l'Atlantique. 

« Il nous a fallu beaucoup de temps pour pénétrer le marché latino-américain », explique Izzet Pinto, président du distributeur turc Global Agency. 

« Mais nous y sommes parvenus il y a un an. Nous avons eu la chance d'avoir beaucoup de succès au Chili et cela nous a ouvert d'autres marchés, comme l'Argentine, la Colombie, le Pérou et la Bolivie », a-t-il indiqué sur le site spécialisé TodoTV News. 

Francisco Villanueva, vice-président du distributeur de Miami Somos Distribution, précise à l'AFP avoir «vendu environ une douzaine de scripts à au moins cinq pays d'Amérique latine ». 

« L'intérêt va grandissant et nous recevons de nombreuses propositions », ajoute-t-il. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
Plus de romantisme, moins de sexe 

« Le feuilleton turc est excellent du point de vue de l'histoire, de la narration et des éléments artistiques et techniques (...). Le casting a des points communs avec nos pays et est très séduisant, avec des extérieurs exotiques qui mettent en valeur la production et le superbe travail de réalisation », relève Villanueva. 

Les séries turques s'inspirent des mélodrames classiques à la trame romantique sans quasiment de scènes de sexe. 

« Les gens aiment l'ancien format typique, le scénario classique, le triangle amoureux où le méchant est vraiment odieux et le bon souffre tout au long de la série », souligne Francisco Cortés, responsable des feuilletons à la Télévision nationale chilienne. 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

AFFICHE ORIGINALE DE LA SÉRIE TÉLÉVISÉE
« BINBIR GECE » ( LES MILLE ET UNE NUITS )
« Les séries turques racontent des histoires romantiques très traditionnelles, qui au fond contiennent les grands thèmes universels qui ne vieillissent jamais », renchérit la sociologue Manuela Gumucio, directrice de l'Observatoire des médias au Chili. 

En Amérique latine, où prolifèrent aujourd'hui les «narco-telenovelas », des histoires liées au trafic de drogue, ou des séries érotiques, les mélodrames turcs visent un public en quête de romance, dit à l'AFP le critique de télévision René Naranjo. 

« Les telenovelas latino-américaines ont dérivé vers des thèmes plus violents et explicitement sexuels, abandonnant leur public principal: les femmes de plus de 45 ans qui regardent massivement la télévision et aspirent à un retour aux histoires d'amour classiques sur le petit écran », affirme-t-il. 

Au Chili, le succès de Mega a forcé ses concurrents à évoluer et adapter leur programmation. La semaine dernière, Canal 13 a lancé « Le Sultan », un immense succès en Turquie. 

     [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

HALIT ERGENT PREND UN SELFIE AVEC SOLIMAN LE MAGNIFIQUE
Dans cette série inspirée de la vie de Soliman le Magnifique, l'un des monarques les plus éminents de l'Empire ottoman au XVIe siècle, Halit Ergent tient le rôle principal. 

L'acteur turc, qui incarne Onur dans «  Les Mille et Une Nuits », est devenu une véritable star au Chili. 

« La télévision a un effet de multiplication », note René Naranjo. « Ce qui a du succès se vend » encore plus, ajoute-t-il, « certain que la réussite des "Mille et Une Nuits" s'étendra à toute l'Amérique latine ».