jeudi 31 octobre 2013

L'AFP SUR DES PAIEMENTS DURANT LA DICTATURE

Durant et après le coup d'État d'Augusto Pinochet
LOGOTYE DE L'AGENCE FRANCE-PRESSE 
les journalistes de l'Agence France-Presse ont continué leur travail - avec les difficultés et les risques inhérents à la situation - fidèles à la mission d'informer, propre d'AFP dans tout le monde. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]     
 FAC SIMILÉ DES CHEQUES
Deux de nos journalistes ont été arrêtés puis expulsés du pays en 1975 et notre bureau a été la cible de tirs en 1987, pendant la visite du Pape Jean-Paul II. Je regrette que notre version des faits n'ait pas été consultée avant de publier votre article, je vous remercierais de la faire connaître à vos lecteurs.

Directrice régionale pour l'Amérique latine de l'AFP

mercredi 30 octobre 2013

A LA UNE : QUATRE JEUNES CHILIENS CONDAMNÉS POUR AVOIR BATTU ET TORTURÉ À MORT UN JEUNE HOMOSEXUEL

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PATRICIO AHUMADA GARAY FUT CONDAMNÉ À LA PRISON À VIE PAR LA JUSTICE
CHILIENNE POUR LE MEURTRE DE DANIEL ZAMUDIO. PHOTO LUIS HIDALGO / AP 
Le quotidien chilien détaille la sentence : prison à vie pour le principal auteur des faits, Patricio Ahumada, dont vingt ans incompressibles ; Alejandro Angulo et Raul Lopez écopent de quinze ans de prison ; tandis que le quatrième, Fabian Mora, passera les sept prochaines années derrière les barreaux.

Cette affaire a littéralement bouleversé la société chilienne et s'est transformée en question politique. C'est ce que détaille El Mercurio dans un autre article. La loi anti-discrimination qui a été promulguée quatre mois après la mort de Daniel Zamudio était dans les tiroirs depuis 2005, explique El Mercurio. Et il a fallu qu'un crime aussi macabre soit perpétré pour qu'enfin les législateurs comprennent l'urgence du problème.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
WLADIMIR SEPULVEDA UN JEUNE HOMME DE 21 ANS QUI A ÉTÉ AGRESSÉ, LÀ ENCORE PAR QUATRE HOMMES, IL Y A UNE SEMAINE. 

Le Chili est un pays conservateur et très catholique. Les questions du divorce, de l'avortement et également de l'orientation sexuelle sont toujours écartées du débat public. Désormais, et pour la première fois, le droit chilien établit la « discrimination arbitraire » en raison du sexe, de la religion, de la race ou de la condition sociale, ce qui est une première pour ce pays.

WLADIMIR SEPULVEDA
Et hier, alors que les condamnations des auteurs de ce crime étaient rendues publiques, on apprenait qu'un autre homosexuel avait été victime d'une terrible agression. Il s'agit de Wladimir Sepulveda un jeune homme de 21 ans qui a été agressé, là encore par quatre hommes, il y a une semaine. Il est depuis dans le coma. Ces révélations ont fait réagir le président Sebastian Piñera, qui a annoncé que « son gouvernement est à 100% impliqué dans la lutte contre la discrimination », des déclarations reprises par El Mercurio. Dans 21 jours se tient le premier tour de l'élection présidentielle. Et la favorite, Michelle Bachelet, a fait de cette question un thème central de son programme, rappelle le quotidien.

mardi 29 octobre 2013

QUAND LA POLICE SECRÈTE DE PINOCHET ARROSAIT LA PRESSE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
COUPURE DE PRESSE DU JOURNAL EL MERCURIO : LE CORPS DE SORIA A ÉTÉ TROUVÉ DEUX JOURS DANS UN CANAL. LES SBIRES DE LA DINA ONT TENTÉ DE MAQUILLER GROSSIÈREMENT LE CRIME EN ACCIDENT, -AVEC LA COLLABORATION ACTIVE DU JOURNAL EL MERCURIO-  ET MULTIPLIÉ AUSSI LES FAUSSES PISTES ORIENTANT VERS UN SUICIDE. ILS ONT OBLIGÉ LEUR VICTIME À BOIRE ET LUI ONT MÊME INJECTÉ DE L’ALCOOL AVANT DE LE TUER AVEC DU GAZ SARIN.
Outre El Mercurio et Copesa, les médias bénéficiaires de ces pots-de-vin émis par l'établissement bancaire complaisant sont, selon un rapport de la Cour suprême, les quotidiens Las Ultimas Noticias, le Diario austral, La Nación, La Prensa, mais aussi El Día et La Discusión de Chillán [dans le centre du pays]. Ont également perçu de l'argent les hebdomadaires Qué Pasa et Ercilla, ainsi que les agences de presse étrangères United Press International (UPI) et l'Agence France Presse, et la chilienne Orbe.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]     
 FAC SIMILÉ DES CHEQUES

Les chèques, sur lesquels apparaît la signature très reconnaissable de Contreras, étaient prélevés sur le compte n° 13280724 domicilié au Banco de Crédito e Inversiones et au nom fictif de la « Direction de réhabilitation nationale, DINAR ».
  
De l'argent en échange du silence

Selon des organisations de défense des droits de l'homme, ces versements réalisés par la DINA à des organes de presse expliquent le silence de ces médias sur les crimes de la dictature, mais ce n'est pas tout : ils témoignent aussi de la complicité de cette presse, qui a fait état de prétendus affrontements s'étant soldés par la mort de militants de gauche, alors que la justice a établi qu'il s'agissait d'assassinats et de disparitions.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]     
UNE DU JOURNAL « LA TERCERA »

Parmi ces affaires figure l'opération Colombo, montée par la dictature autour de 119 prisonniers disparus [assassinés et retrouvés morts en Argentine et au Brésil en 1975]. Certains des médias mis en cause ont rapporté qu'ils avaient été exécutés par leurs propres compagnons en Argentine lors de règlements de comptes internes ou qu'ils étaient morts au cours d'affrontements imaginaires avec la police argentine.

Il y a aussi l'affaire de la Rinconada de Maipú [dans la banlieue de Santiago], dans laquelle des journalistes ont « couvert » la DINA en se faisant l'écho de heurts inventés de toutes pièces avec des agents des forces de l'ordre ; dans les faits, comme l'a montré l'enquête judiciaire, les prisonniers étaient déjà morts quand ils sont sortis [du centre de torture] de la Villa Grimaldi.

Des mises en scène médiatiques

A ces affaires viennent s'ajouter de nombreuses autres mises en scène médiatiques dans lesquelles ces organes de presse de Santiago ont maquillé en tentatives d'évasion ce que les procédures judiciaires et les autopsies ont démontré avoir été des crimes : rappelons les cas de Pisagua, de Temuco, de San Antonio, de Copiapó, de Calama, de Linares ou de Santiago, et la liste n'est pas exhaustive.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]     
LOGOTYPE DINA
Tous les chèques ont été émis en escudos : ce fut la devise chilienne jusqu'au 29 septembre 1975, date à laquelle il céda la place au peso actuel (au cours de 1 peso contre 1 000 escudos).

Le rapport de la Cour suprême sur ce généreux compte bancaire secret est annexé au dossier sur l'affaire Orlando Letelier, ex-ministre de Salvador Allende assassiné à Washington en 1976 par des agents de la DINA. Il passe en revue l'ensemble des mouvements survenus sur ce compte au cours de l'année 1975, époque à laquelle la Direction nationale du renseignement tenait le pays de sa main de fer.

CHILI : PRISON À VIE POUR UN MEURTRE HOMOPHOBE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]       
QUATRE HOMMES DÉCLARÉS COUPABLES DU MEURTRE D'UN HOMOSEXUEL. PHOTO CHRISTIÁN ZÚÑIGA 
Le panel de trois juges a imposé une peine de prison à vie à Patricio Ahumada Garay. Deux autres individus ont écopé de peines de 15 ans d’emprisonnement, tandis qu’un autre était envoyé derrière les barreaux pour sept ans.

Les proches de M. Zamudio ont applaudi quand les peines ont été annoncées.

Les assaillants avaient brûlé M. Zamudio avec des cigarettes, l’avaient battu avec des bouteilles et lui avaient fracassé une jambe avec une pierre avant de l’abandonner à mourir dans un parc le 3 mars 2012.

lundi 28 octobre 2013

SERGIO LARRAIN « VAGABONDAGES »

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
«  LACHAISE LONGUE, VALPARAISO », 1963.  SERGIO LARRAIN  / MAGNUM PHOTOS


 11 septembre – 22 décembre 2013

Du 11 septembre au 22 décembre, la Fondation HCB présente une exposition exceptionnelle du photographe chilien Sergio Larrain. Cet ensemble retrace l’essentiel de son parcours singulier. Des images rares, une approche poétique, un photographe brillant qui a inspiré toute une génération de photographes.

l’exposition de la Fondation HCB, différente de
SERGIO LARRAIN PAR RENÉ BURRI  
 celle des Rencontres d’Arles, présente sur deux étages, 128 photographies en noir et blanc, dont un ensemble précieux de tirages d’époque de la collection Magnum Photos et quelques inédits. Les enfants abandonnés de Santiago,  Londres, Paris, l’Italie, Valparaiso et l’Amérique du Sud  en général comptent parmi les séries présentées. Dans les vitrines du deuxième étage, les visiteurs pourront découvrir la documentation sur les livres et les parutions dans la presse.  Au troisième étage, est présenté un album réalisé en 1995 par Sergio Larrain. Il réunit textes, dessins et photographies – sa cosmogonie personnelle – et concentre toutes les préoccupations des dernières années de sa vie.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
SERGIO LARRAIN, MONOGRAPHIE AUX ÉDITIONS XAVIER BARRAL, PAR AGNÈS SIRE ET GONZALO LEIVA QUIJADA, 400 P., 65 EUROS. 

Cette exposition est accompagnée d’une monographie très complète publiée aux Éditions Xavier Barral.

Sergio Larrain (1931-2012) grandit dans une famille de la haute société chilienne. Son père, architecte est très sensible à l’art et tout le milieu culturel de l’époque se retrouve dans la maison familiale pour débattre sur les idées modernistes. La bibliothèque familiale est très riche, composée de livres d’art, architecture et littérature. Cet ensemble permettra à Sergio Larrain d’éduquer son œil et de développer son goût pour l’art. Les relations avec son père sont difficiles et Sergio Larrain ne se sent pas à l’aise dans ce monde bourgeois et frivole. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
SERGIO LARRAIN PORTRAIT. IMAGE ESPRITS NOMADES 

En 1949, il décide de partir étudier aux États-Unis, d’abord en Californie puis dans le Michigan. Cette même année, il achète, à crédit, son premier Leica, A l’époque, j’ai acheté mon premier appareil sans imaginer que la photographie allait devenir mon métier. En 1951, suite au décès accidentel de son jeune frère, Sergio Larrain, qui a abandonné ses études aux Etats-Unis, décide d’accompagner sa famille dans un long voyage qui les mènent en Europe et au Moyen-Orient. Suite à ce périple, il se recentre sur la photographie et s’installe à La Reina où il s’intéresse à la philosophie orientale et pratique de longues séances de méditation. Cet éloignement est compromis en 1952 par le service militaire obligatoire qui lui laisse de mauvais souvenirs : Au sein du régiment, je me sentais humilié, brutalisé. Tout ce à quoi j’aspirais, c’était un peu de tranquillité.  


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
« LA COMPAGNIE DES MIMES NOISVANDER », 1957. DANS L‘ANCIENNE MAISON SEIGNEURIALE ARRIETA. PHOTO SERGIO LARRAIN DANS LA COLECCIÓN BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU CHILI 

Il se lance alors dans son premier travail conséquent en s’intéressant aux enfants abandonnés de Santiago qui errent dans les rues et sur les rives du fleuve Mapocho. Comme le souligne Gonzalo Leiva Quijada dans son essai, à travers son objectif,  son regard de compassion saisit ces exclus qui deviennent des personnes. Sergio Larrain ne fait qu’un avec eux. Il est leur ami, leur alter ego, lui aussi vagabond, découvrant l’invisibilité. En 1954, Sergio Larrain devient photographe free-lance et décide d’envoyer un portfolio de ses meilleurs clichés à Edward Steichen au MoMA qui lui achète quatre tirages. Deux ans plus tard, il devient photographe pigiste pour le magazine brésilien O’Cruzeiro Internacional. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PHOTOMONTAGE CONTENU DU LIVRE « LE RECTANGLE DANS LA MAIN », EL RECTÁNGULO EN LA MANO, ED SERGIO LARRAIN PUBLIÉ EN 1963. IMAGE PHOTOBOOKS BINT SUR INTERNET  

Très concerné par la scène culturelle de Santiago, Larrain se lie d’amitié avec de nombreux artistes chiliens. Il voyage avec l’artiste américaine Sheila Hicks dans le sud du Chili à la fin de 1957. Le fruit de ce voyage sera présenté en 1958 lors d’une exposition commune au Palacio de Bellas Artes de Santiago puis à Buenos Aires. Dès 1952, Larrain réalise ses premières images de Valparaiso et rend un vibrant hommage à la ville qu’il qualifie de balcon chilien face au Pacifique. Il retournera plusieurs fois dans cette ville jusqu’en 1963 pour obtenir, au fil des ans, un essai photographique d’une puissance exceptionnelle. 

Au cours de l’hiver 1958-1959, 20 ans après Bill Brandt qu’il admire, Larrain passe quatre mois à Londres grâce à une bourse du British Council. Dès le début de sa carrière, le photographe rêvait d’intégrer l’agence Magnum et c’est lors de ce voyage en Europe que son rêve va se concrétiser. En effet, il rencontre Henri Cartier-Bresson en 1959 et ce dernier lui propose de rejoindre l’agence après avoir vu ses images des enfants abandonnés. Pour Larrain, le photographe français est « le maître absolu, un génie, appartenant à une catégorie à part ». Pour plus de facilité, Larrain s’installe pendant deux ans à Paris et les commandes vont alors se multiplier, il va couvrir de nombreux sujets, tous très différents ; le mariage du shah d’Iran, la guerre d’Algérie, le tremblement de terre au Chili en 1960, la mafia sicilienne…. Mais très vite, Larrain a des doutes sur les prouesses qu’il faut déployer pour réaliser des sujets publiables pour la presse. Je crois que la pression du monde journalistique – être prêt à sauter sur n’importe quel sujet – détruit mon amour et ma concentration pour le travail, écrit-il à Henri Cartier-Bresson en 1965. Il décide finalement de rentrer au Chili. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
COUVERTURE ET QUATRIÈME DE COUVERTURE DE SON PREMIER « LE RECTANGLE DANS LA MAIN », EL RECTÁNGULO EN LA MANO, PUBLIÉ EN 1963. IMAGE PHOTOBOOKS BINT SUR INTERNET   

Son premier livre, El rectangulo en la mano, entièrement conçu par lui, est publié en 1963. En 1965, le photographe réalise les photos et la mise en page de En el Siglo XX, publication soutenue par la Fondation Mi Casa et destinée à solliciter l’aide des donateurs pour venir en aide aux enfants abandonnés. L’année suivante, il photographie la maison du poète Pablo Neruda à la Isla Negra ; accompagnées de textes du poète, les images sont publiées dans le livre Una casa en la arena. Au milieu des années 1960, il fonde une agence de communication artistique et s’entoure de nombreux artistes, il collabore également aux magazines Paula et Vea. Il rejoint la communauté d’Arica en 1969 pour y suivre l’enseignement d’Oscar Ichazo et décide, à partir de 1972, de poursuivre seul sa quête spirituelle ; en 1978, il s’installe définitivement à Tulahuén. Il mène une vie discrète et fuit les sollicitations. À partir de cette date, il poursuit sa quête à travers le yoga et la peinture tandis que Magnum continue à diffuser ses archives. C’est à cette époque qu’Agnès Sire découvre son travail et commence à entretenir une longue correspondance avec le photographe. Grâce à cette relation épistolaire et au travail de Magnum, Larrain accepte de publier un ouvrage sur Valparaiso (1991) puis Londres (1998). Le medium photographique devient alors un accompagnement pour les nombreux textes qu’il rédige, un moyen pour tenter de communiquer son goût pour l’essentiel. Ses rares images deviennent des sortes de haïku, des satori, accompagnant avec des dessins les nombreuses lettres qu’il adresse à ses amis. L’exposition organisée en 1999 à l’IVAM, Valencia est le dernier évènement important organisé autour de l’œuvre de Larrain, le photographe ayant refusé tous les autres projets. 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
« BAR, VALPARAISO », 1963.  SERGIO LARRAIN  / MAGNUM PHOTOS

Selon Agnès Sire, les termes employés par Sergio Larrain pour décrire l’état de grâce dans lequel il faut nécessairement se trouver pour « accueillir » une bonne image, sont ceux du mysticisme, voire du spiritisme comme si les images étaient déjà là dans le cosmos et que le photographe agissait comme un medium : « libéré des conventions », « pureté », « concentration », « miracle »… et si les conditions sont réunies « les images arriveront comme des fantômes, des esprits ».

L’exposition est réalisée en partenariat avec Télérama et Wombat.

SERGIO LARRAIN, VAGABOND MYSTIQUE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
SUD DU CHILI, 1957. PHOTO SERGIO LARRAIN MAGNUM PHOTOS
Du Chili aussi, bien sûr. On est alors dans les années 50 et 60. Entre photographie sociale et instantanés gracieux, entre reportage et poésie, son œil saisit les enfants des rues, les prostituées, la foule. Souvent au ras du sol, dans une empathie totale avec ses sujets, mais osant des cadrages périlleux qui laissent toujours deviner un hors cadre parfois plus essentiel que le sujet, il transforme un envol d'oiseau ou des pieds nus sur le macadam en un tableau inédit de la vie. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PORTRAIT  DE SERGIO LARRAÍN, À LONDRES EN 1958, PAR JEAN MOUNIQ (ROGER-VIOLLET / CORDON PRESS)

Sa carrière fut courte, Sergio Larrain préférant ensuite se consacrer à une quête spirituelle et fuir les chemins de la notoriété. L'exposition ainsi que la monographie qui lui sont consacrées aujourd'hui rappellent l'étonnant photographe qu'il a été. 



dimanche 27 octobre 2013

samedi 26 octobre 2013

CHILI : LE GOUVERNEMENT DÉMENT L'IMPLICATION DU PRÉSIDENT PIÑERA DANS LE PLUS GRAND SCANDALE FINANCIER DU PAYS

LA PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT CHILIEN, CECILIA PEREZ, A DÉMENTI VENDREDI L'IMPLICATION DU PRÉSIDENT SEBASTIAN PIÑERA DANS LE PLUS GRAND SCANDALE FINANCIER DU PAYS, QUI A RÉCEMMENT ÉTÉ DÉVOILÉ.
Mme Pérez a indiqué que les tentatives visant à lier M. Piñera au scandale sont « sordides et inacceptables ».
JULIO PONCE LEROU, 

L’ANCIEN GENDRE DE PINOCHET,
PROPRIÉTAIRE DE SQM

Julio Ponce Lerou, actionnaire contrôlant le groupe de Soquimich, qui est considéré comme l'auteur des opérations illégales des actions sur le marché boursier entre 2008 et 2009, avait révélé mercredi que M. Piñera aurait profité de ces transactions.

Actuellement, le scandale fait l'objet d'une enquête menée par la Direction chilienne des actions et des valeurs mobilières. Celle-ci examinera les contrats administratifs présentés le 24 avril 2009 par le président Piñera.

ÉTUDE ÉCONOMIQUE DU CHILI 2013

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
« RICHES ET PAUVRES » L' INGRESO ÉTICO FAMILIAR, C’EST UNE INITIATIVE QUI VA DANS LE BON SENS. CEPENDANT, AU MOINS AU DÉBUT, LE TRANSFERT SERA MODESTE PAR RAPPORT AUX CRITÈRES DE LA ZONE OCDE, ET IL SERA CIBLÉ TRÈS ÉTROITEMENT SUR LES FAMILLES VIVANT DANS L’EXTRÊME PAUVRETÉ.   
Selon les estimations, l’économie chilienne devrait continuer de croître à un rythme robuste. Le chômage à un bas niveau historique a conduit à un certain resserrement du marché du travail, mais l’inflation reste maîtrisée. Le dynamisme de la demande intérieure et l’affaiblissement des marchés étrangers ont fait basculer la balance des opérations courantes dans le déficit, qui a été financé essentiellement par l’investissement direct étranger, limitant ainsi le risque d’une inversion des flux de capitaux.
Des risques de ralentissement de la croissance pourraient apparaître principalement si le prix du cuivre venait à baisser plus fortement. Les pressions inflationnistes pourraient aussi être ravivées par les tensions sur le marché du travail. Les politiques monétaires et budgétaires sont bien orientées pour faire face à ces risques à court terme, grâce notamment au taux de change flottant.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
OCDE CHILI CROISSANCE 2013
Selon les prévisions, l’économie chilienne affichera une croissance de 4.2 % en 2013 et de 4.5 % en 2014. L’OCDE reste optimiste en ce qui concerne les finances publiques, le système bancaire, les transactions extérieures et l’inflation, qui devrait rester maîtrisée. Le revenu par habitant a dépassé le seuil des $20.000, ce qui en fait le plus élevé d’Amérique latine.

Le Chili a fait des progrès considérables depuis son adhésion à l’OCDE, a déclaré le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, qui a salué l’engagement du Chili à libéraliser les échanges et les régimes d’investissement dans la lignée des autres grandes économies de la région au travers de l’Alliance du Pacifique. Cet engagement, allié des politiques publiques saines, devrait contribuer à la convergence économique du Chili vers le PIB moyen de l’OCDE.

La croissance économique et les réformes récentes ont accru l’emploi, réduit la pauvreté et diminué les inégalités de revenu. Les femmes et les jeunes sont entrés en plus grand nombre sur le marché du travail, mais leur taux d’activité reste faible par rapport à ceux de la plupart des pays de l’OCDE et de l’Amérique latine. Les attitudes à l’égard du travail des femmes et des obligations familiales, ainsi que la réglementation relative à l’accueil des enfants, constituent un obstacle à l’emploi féminin, même si des progrès ont été accomplis.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
OCDE CHILI EMPLOI CHÔMAGE 2013 

La qualité de l’éducation et l’accès à l’enseignement supérieur se sont améliorés, mais les premiers cycles de l’enseignement obligatoire devraient rester une priorité. S’agissant des travailleurs peu qualifiés, un salaire minimum élevé et une protection de l’emploi rigide freinent l’accès au marché du travail. Une amélioration des services publics de l’emploi et des systèmes de formation aiderait les jeunes et les travailleurs peu qualifiés à trouver un emploi. Étendre jusqu’à 25 ans la possibilité, pour les jeunes, de percevoir un salaire minimum réduit, au lieu de la limiter aux moins de 18 ans, leur permettrait également de prendre pied sur le marché du travail.

START-UP CHILE 

La croissance a été stimulée dans une large mesure par l’accumulation des facteurs intervenue au cours de la dernière décennie, encore que, d’après certains signes, la progression de la productivité se soit redressée récemment. L’intensité de la recherche-développement des entreprises est faible, les innovations sont limitées et les progrès technologiques ont souffert d’une pénurie de diplômés. Pour développer les investissements dans la recherche-développement, comme pour améliorer les programmes de soutien à l’innovation, il faudrait qu’il y ait plus de diplômés en science, technologie, ingénierie et mathématiques. Les paramètres de la politique économique sont récemment devenus plus favorables à l’innovation, les réformes ayant permis de créer une entreprise et d’obtenir des financements plus facilement et plus rapidement.

Les politiques adoptées par le Chili pour promouvoir les investissements des « business angels » et le capital‑risque sont considérées comme les plus performantes d’Amérique latine, et sont clairement le signe de l’ouverture du pays aux entrepreneurs étrangers. Ainsi, le programme Start-up Chile, notamment, a suscité l’intérêt au niveau international en tant qu’outil de promotion de l’entrepreneuriat. Les entreprises chiliennes sont devenues plus novatrices, y compris dans les secteurs traditionnels exploitant essentiellement leurs avantages comparatifs et les ressources naturelles. Le crédit d’impôt au titre de la recherche-développement, jusque-là sous-utilisé, est désormais plus facile d’accès et un plus grand nombre d’entreprises commencent à en bénéficier. Pourtant, des possibilités existent de développer encore le système d’innovation, d’améliorer les programmes existants et de renforcer la cohérence institutionnelle.

dimanche 20 octobre 2013

ALMA SONDE LE MYSTÈRE DES JETS ISSUS DES TROUS NOIRS GÉANTS

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
CETTE IMAGE ACQUISE PAR LE TÉLESCOPE SPATIAL HUBBLE DU CONSORTIUM NASA / ESA MONTRE LA GALAXIE ACTIVE LOINTAINE PKG 1830-211. PHOTO ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/NASA/ESA/I. MARTÍ-VIDAL

Deux nouvelles études, publiées ce jour dans la revue Astronomy & Astrophysics, ont utilisé ALMA pour sonder les jets issus de trous noirs situés à des distances différentes : l'un de ces trous noirs est relativement calme et occupe la proche galaxie NGC 1433 ; l'autre trou noir, très distant et actif, est répertorié sous l'appellation PKS 1830-211.

« ALMA a révélé la surprenante existence d'une structure spirale au sein du nuage moléculaire situé à proximité du centre de NGC 1433 » nous explique Françoise Combes, astronome à l'Observatoire de Paris au LERMA (LERMA -Observatoire de Paris / CNRS /Université Pierre et Marie Curie / Université de Cergy-Pontoise, France), auteur principal du premier article. « Le long de cette structure s'écoule la matière qui alimente le trou noir. Les observations très fines effectuées par ALMA nous ont permis de découvrir un jet de matière s'échappant du trou noir, sur une distance inférieure à 150 années-lumière. Il s'agit là du plus petit écoulement moléculaire jamais observé dans une galaxie extérieure à la nôtre ».

Laboratoire d'Etudes du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique - LERMA (Observatoire de Paris / CNRS /Université Pierre et Marie Curie / Université de Cergy-Pontoise).

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
L'IMAGE PRINCIPALE, SUR LAQUELLE FIGURE LA PROCHE GALAXIE ACTIVE NGC 1433, A ÉTÉ ACQUISE PAR LE TÉLESCOPE SPATIAL HUBBLE DU CONSORTIUM NASA / ESA. PHOTO  ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/NASA/ESA/F. COMBES
La découverte de cet écoulement, qui est entraîné par le jet issu du trou noir central, montre comment de tels jets peuvent mettre un terme à la formation d'étoiles et réguler la croissance des bulbes centraux des galaxies [1].

Au sein de PKS 1830-211, Ivan Martí-Vidal (Université de Technologie Chalmers, Observatoire Spatial Onsala, Onsala, Suède) et son équipe ont également observé un trou noir supermassif doté d'un jet, mais caractérisé par une brillance bien plus élevée et une activité bien supérieure dans l'Univers jeune [2]. Sa luminosité intense se trouve encore amplifiée par la présence d'une galaxie sur la ligne de visée, et son image est scindée en deux parties par un effet de lentille gravitationnelle, ce qui le rend exceptionnel [3].
 
Parfois, les trous noirs supermassifs absorbent soudainement une énorme quantité de matière [4], ce qui accroît considérablement la puissance du jet et décale leur rayonnement vers le domaine des très hautes énergies. Par chance, ALMA a capturé l'un de ces événements alors qu'il se produisait au sein de PKS 1830-211.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
CETTE IMAGE D'ALMA MONTRE LA DISTRIBUTION DU GAZ MOLÉCULAIRE À PROXIMITÉ DU TROU NOIR SUPERMASSIF QUI OCCUPE LE CENTRE DE LA GALAXIE NGC 1433.  PHOTO ALMA (ESO/NAOJ/NRAO) / F. COMBES
« L'observation, par ALMA, de ce trou noir en pleine phase d'indigestion, a été purement fortuite. Nous étions en train d'observer PKS 1830-211 pour de toutes autres raisons scientifiques lorsque nous avons noté de subtiles variations de couleur et d'intensité dans les images générées par la lentille gravitationnelle. L'analyse minutieuse de ce comportement inattendu nous a conduit à penser que nous étions en train d'assister, par une chance exceptionnelle, à cette phase durant laquelle de la matière fraîche pénétrait à l'intérieur du trou noir à la base du jet » nous confie Sébastien Muller, l'un des co-auteurs du second article.

L'équipe a par ailleurs cherché à savoir si cet événement d'une violence extrême avait été enregistré par d'autres télescopes ; à sa grande surprise, un signal clair et intense, dans le domaine des rayons gamma, avait effectivement été perçu par le satellite Fermi-LAT. Le processus qui a généré l'augmentation du rayonnement capté par ALMA à des longueurs d'onde élevées était également responsable de l'augmentation soudaine de l'énergie émise par le jet, dans les domaines les plus élevés que l'on puisse rencontrer dans l'Univers [5].

« C'est la toute première fois que nous sommes en mesure d'établir une relation aussi claire entre les rayons gamma et les ondes radio submillimétriques en provenance de la base du jet d'un trou noir », ajoute Sébastien Muller.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO ESO/DIGITIZED SKY SURVEY 2. ACKNOWLEDGEMENT: DAVIDE DE MARTIN
Les deux nouvelles observations constituent les prémices des recherches d'ALMA concernant la nature des jets issus de trous noirs supermassifs, tant proches que lointains. L'équipe de Françoise Combes observe déjà d'autres galaxies actives proches à l'aide d'ALMA et PKS 1830-211 fera vraisemblablement l'objet de recherches plus approfondies au moyen d'ALMA et d'autres télescopes.

« La façon dont les trous noirs génèrent des jets de matière et de radiations si intenses reste à approfondir » conclut Ivan Martí-Vidal. « Mais les nouveaux résultats, obtenus avant même qu'ALMA ne soit achevé, démontrent toute l'utilité de ce puissant réseau d'antennes dans la recherche de ces jets – et les découvertes ne font que commencer ! »

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO ESO/DIGITIZED SKY SURVEY 2. ACKNOWLEDGEMENT: DAVIDE DE MARTIN 

Notes

[1] Ce processus, baptisé feedback en anglais, peut expliquer l'étrange relation qui unit la masse d'un trou noir situé au centre d'une galaxie et la masse du bulbe environnant. Le trou noir accrète du gaz et devient plus actif, puis produit des jets qui expulsent le gaz des régions environnantes et met un terme à la formation d'étoiles au sein du bulbe.

[2] PKS 1830-211 est caractérisé par un redshift de 2.5, ce qui signifie que sa lumière a voyagé durant 11 milliards d'années avant de nous parvenir. La lumière qui nous en parvient a été émise lorsque l'Univers était cinq fois plus jeune qu'aujourd'hui. En comparaison, la lumière issue de NGC 1433 a mis 30 millions d'années pour atteindre la Terre, ce qui est très peu à l'échelle de temps galactique.

[3] La théorie de la relativité d'Einstein prévoit que les rayons de lumière sont déviés lorsqu'ils passent à proximité d'un objet massif tel qu'une galaxie. Cet effet se nomme lentille gravitationnelle et, depuis la première découverte en 1979, de nombreuses lentilles gravitationnelles de ce type ont été détectées. La lentille peut créer de multiples images, distordre et amplifier les sources de lumière situées en arrière-plan également.

[4] La matière absorbée peut provenir d'une étoile ou d'un nuage moléculaire. La chute d'un nuage a récemment été observée au centre de la Voie Lactée (eso1151, eso1332).

[5] Cette énergie est émise sous la forme de rayons gamma, les ondes électromagnétiques dotées de la plus courte longueur d'onde et de la plus haute énergie possible.

PRÈS DE 20.000 « ZOMBIES » DANS LES RUES DE SANTIAGO DU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PRÈS DE 20.000  « ZOMBIES » DANS LES RUES DE SANTIAGO DU CHILI
Armés de piquets et de couteaux ensanglantés, les visages d'une extrême pâleur, marqués de profondes blessures, ou portant des masques dignes des films d'horreur les plus effrayants, ils ont marché deux kilomètres, un événement présenté comme un « acte culturel ».

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
MARCHE DES « ZOMBIES » DANS LES RUES DE SANTIAGO DU CHILI

« Nous faisons chaque fois ça, mais, cette année, il y a beaucoup plus de monde », a dit à l'AFP Catalina Salinas, une jeune fille tout de noir vêtue, avec d'abominables déformations sur le visage.


jeudi 17 octobre 2013

CHILI: QUATRE HOMMES DÉCLARÉS COUPABLES DU MEURTRE D'UN HOMOSEXUEL

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]       
QUATRE HOMMES DÉCLARÉS COUPABLES DU MEURTRE D'UN HOMOSEXUEL.PHOTO CHRISTIÁN ZÚÑIGA 
Les peines des accusés, qui risquent de huit ans de prison à la perpétuité, seront connues le 28 octobre, a annoncé le juge Juan Carlos Urrutia.

Daniel Zamudio avait été agressé et battu le 3 mars 2012, subissant un calvaire qui avait duré six heures - entre coups violents, lacérations et brûlures de cigarettes. Le jeune homme avait succombé à ses blessures 25 jours plus tard et quatre jeunes gens, âgés de 19 à 25 ans à l'époque, avaient été arrêtés.

Les suspects avaient été présentés au moment des faits comme des sympathisants néo-nazis présumés, mais la justice n'a pu déterminer avec certitude leur appartenance à un tel groupe, même s'ils avaient peint des croix gammées sur le corps de la victime.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
DANIEL ZAMUDIO VERA. UNE PHOTO PRISE D'INTERNET.

Selon le juge Urrutia, les accusés ont agi avec une «cruauté extrême» et avec «un mépris total pour la vie humaine»».

Le crime avait profondément choqué la société chilienne, très majoritairement catholique et conservatrice, mais où le tabou entourant l'homosexualité s'est progressivement levé.

Quatre mois plus tard, le pays s'était doté d'une loi anti-discriminations inédite, baptisée «Loi Zamudio», établissant pour la première fois dans le droit chilien le concept de «discrimination arbitraire» en raison du sexe, de la religion, de la race ou de la condition sociale. Déposé en 2005, le texte attendait depuis d'être adopté.