jeudi 27 juin 2013

PINOCHET: SA BIBLIOTHÈQUE SECRÈTE DÉVOILÉE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LA BIBLIOTHÈQUE N'A ÉTÉ CONNUE QU'EN 2004, PARALLÈLEMENT À LA DÉCOUVERTE DE LA FORTUNE CACHÉE DE PINOCHET  
Répartie dans des résidences secondaires, l'existence de la bibliothèque n'a été connue qu'en 2004, parallèlement à la découverte de la fortune cachée de Pinochet, estimée à plus de 20 millions de dollars et entreposée dans des banques aux États-Unis. « Il est stupéfiant que ce personnage, censé lire peu ou rien, un inculte en apparence, ait possédé cette bibliothèque privée qui est l'une des plus importantes du Chili et peut-être d'Amérique latine », relève Peña, L'enquête judiciaire a comptabilisé environ 50.000 livres, estimés prudemment, par Peña, à plus de trois millions de dollars.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

EX-LIBRIS D'AUGUSTO PINOCHET (  IMPRIMÉ DANS LA CASA DE MONEDA CHILE ÉQUIVALENT CHILIEN DE  LA BANQUE DE FRANCE QUI DÉTIENT LE MONOPOLE D'ÉMISSION MONÉTAIRE )  UN EX-LIBRIS (DU LATIN EX LIBRIS MEIS, « FAISANT PARTIE DE MES LIVRES ») DÉSIGNE EN BIBLIOPHILIE UNE GRAVURE PERSONNALISÉE QU'UN COLLECTIONNEUR COLLE SUR LE CONTREPLAT (L'INTÉRIEUR DE LA COUVERTURE) OU SUR LA PAGE DE GARDE DE SES LIVRES, COMME MARQUE D'APPARTENANCE. 
La plupart des ouvrages ont été acquis par l'ancien dictateur dans des librairies anciennes du centre de Santiago et sur les deniers de l'Etat. Parmi les œuvres les plus précieuses collectionnées par Pinochet figurent « La narration historique du Royaume du Chili », écrite par le jésuite Alonso de Ovalle au XVIIe siècle, et deux exemplaires datant de 1733 et 1776 de « La Araucana », poème épique sur la conquête espagnole du Chili, par Alonso de Ercilla, considéré comme l'épopée du royaume du Chili et l'une des oeuvres les plus importantes de l'âge d'or espagnol. La bibliothèque contient également des encyclopédies, des atlas et des dictionnaires ainsi que beaucoup de livres en français sur le marxisme et Napoléon - son idole - de même que des livres d'histoire du Chili, son thème de prédilection, indique Peña.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LA PLUPART DES OUVRAGES ONT ÉTÉ ACQUIS PAR L'ANCIEN DICTATEUR DANS DES LIBRAIRIES ANCIENNES DU CENTRE DE SANTIAGO ET SUR LES DENIERS DE L'ETAT. 

Les experts qui ont examiné le contenu de la bibliothèque ont également trouvé des caisses entières de livres non ouvertes, des oeuvres non triées et « des milliers de livres rares dans un fouillis de bibelots, de souvenirs, de chocolats et d'objets personnels », relève le livre. Selon Peña, Pinochet collectionnait les livres de façon compulsive et estime quasi impossible qu'il les ait tous lu. Il ne les partageait pas non plus et ne laissait personne approcher ses bibliothèques.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« LA NARRATION HISTORIQUE DU ROYAUME DU CHILI », ÉCRITE PAR LE JÉSUITE ALONSO DE OVALLE

Son obsession s'expliquerait par un complexe d'infériorité, selon l'auteur. « Il expliquait lui-même être quelqu'un qui avait eu des difficultés pour étudier. Il a raté deux fois l'examen de l'école militaire et souffrait de fortes migraines quand il étudiait trop », raconte Peña. Par contraste, certains de ses compagnons d'études comme le général Carlos Prats, son prédécesseur à la tête des armées du Chili, assassiné par la police secrète de la dictature, étaient brillants et admirés. « Pinochet savait qu'il était méprisé par ses pairs. Quand il a pris le pouvoir (après le coup d'Etat du 11 septembre 1973), il s'est acharné à éliminer ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre », déclare le journaliste. 

Certains des livres confisqués par la dictature sont ensuite tombés aux mains de libraires qui les ont revendus plus tard à Pinochet « qui a rassemblé une collection très importante de textes sur le marxisme et la gauche », selon Peña. Pinochet n'a jamais fait faire de catalogue de sa bibliothèque et l'expertise de la justice a été limitée à l'analyse d'un échantillon de sa collection, de sorte que « nous n'arriverons jamais à savoir quels livres et combien de livres » a vraiment possédé Pinochet, selon le journaliste.

mercredi 26 juin 2013

CHILI : L'AVENUE 11-SEPTEMBRE DÉCHIRE SANTIAGO

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

JOSEFA ERRÁZURIZ MAIRE DE PROVIDENCIA (L'UN DES QUARTIERS HUPPÉS DE SANTIAGO) EST  FAVORABLE À LA PROPOSITION DE CHANGEMENT DE NOM DE L'AVENUE 11-SEPTEMBRE. PHOTO  UPI  
Le 1er juin dernier, le conseil d'arrondissement a proposé de changer le nom de l'avenue, 600 signatures d'habitants soutenant ce projet. Car pour la première fois, la capitale a un maire qui n'est pas issu de la droite. L'édile précédent avait catégoriquement refusé toute discussion : il était garde du corps d'Augusto Pinochet. Josefa Errázuriz, qui lui a succédé, est favorable à la proposition. Une séance du conseil s'est tenue à ce sujet le mardi 24 juin. Mais, du fait de l'absence de quatre élus de droite, aucune décision n'a pu être prise.

« Ces discussions superficielles vont rouvrir d'anciennes blessures » 

Comme on pouvait s'y attendre, les élus de droite sont vent debout : « Le quartier est davantage préoccupé par la sécurité urbaine et les services municipaux que par le nom de l'avenue. De plus, le changement aurait une incidence sur l'économie : on estime à 3 000 le nombre de travailleurs nécessaires pour la modification des panneaux, des certificats de propriétés, etc. »  s'est ainsi défendue la conseillère municipale Pilar Cruz. Un autre estime que ce sont les habitants de l'avenue qui seront touchés par les modifications qui doivent être entendus et il réclame un référendum. Mais d'autres conservateurs s'insurgent : une telle initiative opposerait les habitants et les amènerait à « rouvrir d'anciennes blessures » . 

Le conseiller municipal Jaime Parada tient bon : « Il est important que ce changement ait lieu bien avant le 40e anniversaire du coup d'État. Nous ne voulons pas de fête, nous ne voulons pas accabler qui que ce soit, mais il faut changer le nom honteux de cette avenue.»  
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CAPTURE D'ÉCRAN DE LA BANNIÈRE DU BLOG « UNE RUE SALVADOR ALLENDE » ( UNA CALLE SALVADOR ALLENDE )

samedi 22 juin 2013

L’ÉCRIVAIN CARLOS FUENTES, «COMMUNISTE CASTRISTE » TRAQUÉ PAR LE FBI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
Dans ce dossier de 170 pages disponible sur le site,
CARLOS FUENTES  À PARÍS
PHOTO  DE GISÈLE FREUND
intégralement composé de documents top secrets et de quelques articles de journaux, le FBI décrit ses méthodes de surveillance tout en révélant avoir refusé deux fois un visa américain à Carlos Fuentes, suspecté d'appartenir au Parti communiste mexicain.

Mais à l'aune de ses succès littéraires, le FBI a laissé l'intellectuel se rendre à plusieurs reprises aux Etats-Unis, où il a pu enseigner. Un mémo daté de 1970 et adressé au directeur du FBI suggère tout de même de recruter des espions au sein des universités de New York et de Columbia pour mieux le surveiller.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LE DOSSIER CARLOS FUENTES, LONG DE 170 PAGES EST DISPONIBLE SUR LE SITE OFFICIEL DU FBI

L'écrivain, l'un des plus intellectuels latino-américains les plus respectés du XXe siècle, a passé une partie de son enfance aux Etats-Unis, suivant son père diplomate.  « Me qualifier d'antiaméricain est un mensonge ahurissant, une calomnie sans pareil. J'ai grandi dans ce pays. Quand j'étais enfant j'ai serré la main de Franklin Roosevelt, et je ne l'ai plus jamais lavé depuis », s'était-il défendu avec malice dans une interview en 2006.

VIDÉO : UN HÉRISSON SE DÉPLACE EN FAUTEUIL ROULANT

Suite à un tragique accident, le petit Filipo a perdu l’usage de ses pattes arrière, ne pouvant plus se mouvoir sans trainer son arrière-train paralysé. C’est à ce moment qu’Exzootic Vet intervient, afin d’aider la nature à reprendre ses droits.

Les amoureux des animaux ont donc décidé de rendre à "Pippo" sa mobilité en lui construisant un petit chariot monté sur roulettes. Simple d’utilisation, il suffit d’installer la petite bête sur sa chaise et de le sangler à l’aide de scratchs.

Le cabinet a publié une émouvante vidéo accompagnée d’une musique qui l’est tout autant, montrant les nouvelles tribulations du hérisson et de son bolide, parfaitement fonctionnel. Désormais, il faudrait penser le rebaptiser "Sonic".

vendredi 21 juin 2013

CHILI: UNE VIDÉO DE VIOLENCES POLICIÈRES CONTRE DES ÉTUDIANTS INDIGNE LES RÉSEAUX SOCIAUX





Alors que la campagne électorale bat son plein (les élections parlementaires et présidentielles se dérouleront le 17 novembre, mais les primaires se tiennent dans moins de deux semaines), la mobilisation repart de plus belle. Jeudi 13 juin justement, une grosse manifestation a réuni 110.000 personnes. Elle s’est terminée par des affrontements entre manifestants et policiers, qui ont décidé d’évacuer l’Université.

Cris, bruits de verre brisé, coups secs, des étudiants qui lancent des chaises, tables, bouteille sur les forces spéciales de police qui sont en train d’entrer dans le hall de l’université: la vidéo part dans tous les sens. Les jeunes tentent de sortir alors que la police lance des bombes lacrymogènes et tape sur les étudiants non-armés, parfois au sol, à coup de matraque et coups de pied.

Des violences dans la plus ancienne université du pays

Cette vidéo et plusieurs autres font polémique car de nombreux témoins ont assisté à la scène. Au Chili, les violences policières excessives contre les jeunes cagoulés, les casseurs, qui se battent à coups de pierres ou de bâtons, sont récurrentes.

Mais dans ce cas précis, la scène se déroule à l’intérieur de la plus ancienne et la plus grande université publique du pays. Tout un symbole. En 140 ans d’existence, c’est la troisième fois que la police entre sans autorisation dans l'établissement. Qui plus est, dans ce cas, face à des étudiants non-cagoulés, sans pierres ni bâton, dans un lieu fermé. Il y a eu 29 arrestations et 20 blessés, dont un mineur qui s’est évanoui et une étudiante avec 8 points de suture à la tête.

Des jeunes filles accusent les policiers de les avoir «tripotées» durant les arrestations. Le recteur de l’université, qui est arrivé alors que la fumée des lacrymogènes flottait toujours, a immédiatement parlé d’outrage, d’autant qu’il n’avait pas donné son autorisation aux forces spéciales d’entrer. Egalement scandalisée, la maire de Santiago, Carolina Toha, exige une enquête.

Des forces de police hors de contrôle

Le ministre de l’Intérieur, Andres Chadwick, justifie l’action policière. Selon lui, de l’intérieur de l’enceinte de l’université, un jeune aurait lancé un cocktail Molotov. Ce délit aurait alors provoqué la réaction de la police. Sur la vidéo diffusée, on voit effectivement un jeune lancer quelque chose, mais impossible de dire si c’est un Molotov ou une pierre.

Il est, de toute façon, difficile de justifier les coups de matraque sur des étudiants non-armés et des arrestations brutales, sans discrimination. Les forces de police chiliennes, constamment soutenues par le gouvernement de droite, semblent hors de contrôle. C’était jusqu’ici l’institution préférée des Chiliens: elle vient de perdre beaucoup de crédit.

jeudi 20 juin 2013

LA BATAILLE DU CHILI, 40 ANS APRÈS

Ajouter une légende
La grande difficulté, pour l’équipe de tournage, dit P. Guzman, était le décalage entre le peu de moyens matériels (le film fut tourné grâce à la pellicule offerte par Chris Marker, et monté, après le coup d’État, à Cuba) et la masse d’événements et l’effervescence des années 70-73 : il fallait choisir et planifier ce qu’on allait couvrir ; les choix furent judicieux, puisqu’on suit le film dans l’angoisse, l’estomac noué, revivant les possibilités extraordinaires de cette période, tout en pensant aux tragédies humaines auxquelles elle a abouti ; mais on assiste aussi, au-delà du documentaire, à de grands moments de cinéma.

Les séquences font alterner trois groupes, trois centres de pouvoir : les ouvriers dans leurs usines, la droite parlementaire appuyée sur l’armée, et, entre les deux, Allende et le gouvernement d’Unité Populaire.




LA BATAILLE DU CHILI 1 SUR 5

Face à la stratégie de tension et de sabotage de la part de la droite, Allende ne pouvait compter que sur le peuple : il a donc encouragé les ouvriers à s’organiser, ce qu’ils ont fait avec une détermination et une efficacité impressionnantes ; les usines passent entre les mains du peuple, constituant les nouveaux "cordones", où le travail est inséparable des actions de défense : on voit les ouvriers dresser des barricades et obliger la police mais aussi le gouvernement, qui voulait revenir sur ces nationalisations sauvages, à reculer.

Mais le moment le plus fort, c’est l’assemblée des responsables de cordones face à la direction des syndicats, la CUT, où les communistes jouent un rôle (modérateur) important. Un ouvrier, visiblement exaspéré par les discours du responsable de la CUT, prend la parole : "Vous nous avez demandé de nous organiser, nous nous sommes organisés - mais pour quoi faire ? Les camarades sont fatigués de s’entendre dire que ce n’est pas le moment, qu’il faut rendre des usines, parce qu’elles appartiennent à la reine d’Angleterre ou à des banques suisses. Les camarades ne comprennent pas, ils veulent agir pour soutenir notre camarade Président."







LA BATAILLE DU CHILI 2 SUR 5
On se croirait dans le film de Ken Loach, Land and Freedom, dans la grande scène qui restitue les discussions de l’année 37 dans l’Espagne révolutionnaire, celle de la Catalogne et de Valence, opposant les paysans anarchistes (mais oui, le syndicat paysan majoritaire était alors la CNT) et les militants marxistes révolutionnaires du POUM, pour qui la guerre ne pouvait se gagner que dans la dynamique enclenchée par la révolution, et, en face d’eux, les communistes tenants de la ligne : "d’abord la guerre, pour la révolution, on verra après".

Pendant ce temps, la droite déroule son plan. L’armée suit sa propre politique : elle encercle les usines pour vérifier qu’il ne s’y cache pas d’armes, fouillant et arrêtant les ouvriers - sans qu’elle ait jamais rien trouvé ; mais ces opérations servent à étudier les lieux possibles de résistance et à habituer les jeunes soldats à affronter les ouvriers. Parallèlement, la "société civile", appuyée par les médias (ou du moins 75% des médias) s’organise : en 1972, la grève des transporteurs routiers paralyse le pays ; les "ménagères" typiques, en grosses lunettes de soleil de marque et coiffure au brushing impeccable, celles auxquelles les médias français donnaient toujours la parole pour rendre compte de la situation au Chili, collectent des fonds pour soutenir les grévistes (déjà subventionnés par la CIA) et les médias accusent le gouvernement d’atteinte à la propriété privée quand il essaie de réquisitionner les camions.



LA BATAILLE DU CHILI 3 SUR 5

Entre les deux, il y a Allende, fidèlement soutenu par des manifestations populaires, et toujours respectueux de la Constitution, même quand la droite fait assassiner son aide de camp, le commandant Araya, pour le couper des secteurs loyalistes de l’armée. La séquence des funérailles d’Araya est la plus magistrale du film : on voit, littéralement, les officiers supérieurs, filmés en plan américain, se féliciter, dans le dos d’Allende, de leur succès et se concerter pour les étapes suivantes du plan. Guzman explique comment il a obtenu cet effet de naturel : il avait juché, bien en vue, un cameraman sur une chaise, pendant qu’un autre, plus discrètement, avec un zoom, prenait les vraies images. Mais que pesait le soutien des ouvriers aux mains nues face aux tanks et à l’aviation ? L’issue de la confrontation, on la connaît, et le film nous fait entendre le dernier message d’Allende, depuis la Moneda bombardée : "Que mes paroles soient le châtiment de ceux qui ont trahi", "Je paierai avec ma vie la loyauté du peuple", "L’histoire est à nous et elle est faite par le peuple", bientôt, de nouveau, "s’ouvriront les larges avenues par où passe l’homme libre pour construire une société meilleure".

Que de belles paroles ! Mais on ne peut s’empêcher de penser que, peut-être, il n’aurait pas eu à les prononcer, au milieu du fracas des armes de la rébellion, quelques minutes avant de mourir, s’il avait pris la décision d’armer ce peuple qui avait si bien su s’organiser pour le défendre, qui avait, par exemple, lutté contre la pénurie entraînée par la grève des transporteurs routiers, en montant un nouveau réseau d’approvisionnement. Allende déclare : "Le peuple doit se défendre, mais pas se sacrifier" ; mais si on lui avait donné à temps les armes que réclamaient les cordones, il aurait peut-être pu tuer dans l’œuf les premières actions de l’armée, renforcer ses secteurs démocratiques, décourager les hésitants et isoler les putschistes.





 
LA BATAILLE DU CHILI 4 SUR 5

Allende est une figure héroïque, mais la dignité, la loyauté, la légalité dont il se réclame jusqu’au bout ne sont pas les qualités les plus nécessaires dans un contexte de guerre civile. Elles montrent bien son appartenance à une bourgeoisie progressiste, de bonne volonté, mais qui n’arrive pas à se couper des siens (sa classe d’origine et ses valeurs) et à considérer les organisations ouvrières comme un véritable partenaire dans la lutte" pour une société meilleure".

Face à des adversaires décidés à employer la violence, les sentiments démocratiques ne suffisent pas. Lors du putsch militaire espagnol du 18 juillet 1936, les partis bourgeois de gauche au pouvoir étaient bien décidés à s’en contenter : ce sont alors les ouvriers de la CNT qui, à Barcelone, ont attaqué les casernes pour s’emparer des armes et ainsi sauvé la République - provisoirement, certes. Ce problème du choix, entre le jeu parlementaire et l’action populaire, est une constante : c’est le problème de la position ambiguë des partis progressistes bourgeois.


 
LA BATAILLE DU CHILI 5 SUR 5

40 ans après, le Chili est toujours le leader, avec le Mexique et la Colombie, du camp pro-états-unien. Le coup d’État a permis d’exterminer toute une génération de cadres politiques, intellectuels, syndicalistes ouvriers et paysans (plus de 30 000 victimes) qui n’ont pas pu faire le lien avec les nouvelles générations. Les militaires ont même réussi à se donner une façade démocratique (avec une ficelle toujours pas usée : faire élire une femme, Michelle Bachelet, à la Présidence). Mais rien n’a changé : l’économie néo-libérale mise en place par les Chicago boys domine toujours le pays, et c’est le même journal, El Mercurio, qui donne le ton.

dimanche 16 juin 2013

« AYUDAME VALENTINA »

[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
 
 « AYUDAME VALENTINA » - THÈME  DE VIOLETA PARRA, PARU DANS L'ALBUM« LA PEÑA DE LOS PARRA »  DE 1971 
DURÉE : 00:03:06

IL Y A 50 ANS, VALENTINA TERECHKOVA ÉTAIT LA PREMIÈRE COSMONAUTE.


VALENTINA TERECHKOVA,
TIMBRE SOVIÉTIQUE DE 1963.
Après l'exploit de Valentina Terechkova, il faudra toutefois attendre près de vingt ans avant qu'une femme ne reprenne le chemin du ciel: il s'agit de la Soviétique Svetlana Savitskaya.

Elle sera suivie de près par Sally Ride en juin 1983. Première astronaute américaine, elle ouvrira la voie à de nombreuses femmes. L'année suivante, Svetlana Savitskaya retourne dans l'espace et devient la première femme à faire une sortie extravéhiculaire.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

SVETLANA EVGUENIEVNA SAVITSKAÏA (EN RUSSE : СВЕТЛАНА ЕВГЕНЬЕВНА САВИЦКАЯ) EST UNE COSMONAUTE SOVIÉTIQUE1, NÉE LE 8 AOÛT 1948. PREMIÈRE FEMME À ÊTRE ALLÉE DEUX FOIS DANS L'ESPACE ET PREMIÈRE À AVOIR MARCHÉ DANS L'ESPACE.

Depuis, elles sont un peu plus d'une cinquantaine (sur plus de 400 spationautes au total) à avoir participé à la conquête spatiale. On est loin de la parité. Machisme de la part de la part des directeurs de programme? Goût moindre des femmes pour le vide sidéral? Limites physiques lors des tests d'aptitude? Retour sur cinq décennies de conquête spatiale au féminin et sur la situation actuelle.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

WANG YAPING (EN CHINOIS : 王亚平 , PINYIN : WÁNG YÀPÍNG), NÉE DANS LA PRÉFECTURE DE YANTAI, DANS LA PROVINCE DE SHANDONG, EN AVRIL 1978, EST PILOTE MILITAIRE CHINOISE ET ASTRONAUTE1. WANG A ÉTÉ LA PREMIÈRE FEMME ASTRONAUTE À ÊTRE SÉLECTIONNÉE PAR LES AUTORITÉS CHINOISES. 



Les années 1990, décennies d'opportunité

C'est à partir des années 1990, que les femmes commencent à être un peu plus nombreuses dans les programmes spatiaux. En 1994, Chiaki Mukai devient la première Japonaise à goûter aux joies de l'apesanteur. Un an plus tard, l'américaine Eilen Collins devient la première femme à piloter une navette spatiale et en 1999 la première à prendre le commandement d'une mission.

Côté Français, il faudra attendre 1996 pour que l'hexagone se lance dans l'aventure avec Claudie Haigneré. Celle-ci fera participera à deux escapades extra-terrestres, la seconde ayant eu lieu en 2001.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CETTE PHOTOGRAPHIE CLASSIQUE DE LA TERRE A ÉTÉ PRISE LE 7 DÉCEMBRE 1972. LA LÉGENDE ORIGINALE EST REPRODUIT CI-DESSOUS: VUE DE LA TERRE VUE DE L'ÉQUIPAGE D'APOLLO 17 VOYAGES VERS LA LUNE. CETTE PHOTOGRAPHIE DE LA CÔTE TRANSLUNAIRE S'ÉTEND DE LA RÉGION DE LA MER MÉDITERRANÉE À LA CALOTTE GLACIAIRE DE L'ANTARCTIQUE AU SUD POLAIRE. C'EST LA PREMIÈRE FOIS QUE LA TRAJECTOIRE APOLLO A PERMIS DE PHOTOGRAPHIER LA CALOTTE POLAIRE SUD.NOTEZ LA COUVERTURE NUAGEUSE DANS L'HÉMISPHÈRE SUD. PRESQUE TOUT LE LITTORAL DE L'AFRIQUE EST CLAIREMENT VISIBLE. LA PÉNINSULE ARABIQUE PEUT ÊTRE VU À L'EXTRÉMITÉ NORD DE L'AFRIQUE. LA GRANDE ÎLE AU LARGE DE LA CÔTE DE L'AFRIQUE EST LA RÉPUBLIQUE MALGACHE. LE CONTINENT ASIATIQUE EST À L'HORIZON VERS LE NORD-EST. PHOTO NASA 

Des critères de sélection étonnants

La Chine est quant à elle récemment entrée dans le club des pays comptant des femmes spationautes dans ses rangs. Le 16 juin 2012, Liu Wang, pilote de chasse, prend place à bord du vaisseau Shenzhou 9. Si son voyage dans les étoiles a suscité l'admiration des Chinois, les critères de sélection pour les femmes taïkonautes ont aussi provoqués l'étonnement.

En effet, elles doivent être mariées, avoir accouché de manière naturelle, ne pas avoir les pieds calleux, avoir les dents blanches et pas d'odeur corporelle... La Chine a poursuivi l'expérience il y a quelques jours en envoyant la jeune Wang Yaping avec un équipage qui devrait accomplir la plus longue mission spatiale habitée du pays.

Seule la NASA a clairement encouragé la présence des femmes dans ses programmes. Une très large majorité des femmes ayant goûté à l'apesanteur viennent en effet des Etats-Unis. L'agence spatiale américaine a notamment développé le site Woman@Nasa sur la demande du Conseil des femmes de la Maison Blanche (composé des chefs de tous les organismes et les principaux bureaux de la Maison Blanche au sein du gouvernement fédéral, le Conseil travaille sur les problématiques liées aux femmes).


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CLAUDIE ANDRÉ-DESHAYS, ÉPOUSE HAIGNERÉ, NÉE LE 13 MAI 1957 AU CREUSOT (SAÔNE-ET-LOIRE) EST UNE SCIENTIFIQUE, SPATIONAUTE ET FEMME POLITIQUE FRANÇAISE, PRÉSIDENTE D'UNIVERSCIENCE1 À PARIS. ELLE EST L'ÉPOUSE DE L'ASTRONAUTE JEAN-PIERRE HAIGNERÉ. ELLE A ÉTÉ LA PREMIÈRE FEMME FRANÇAISE DANS L'ESPACE. CLAUDIE HAIGNERÉ, LE 31 OCTOBRE 2001, RETOUR MISSION ANDROMÈDE CITÉ DES ÉTOILES; PHOTO  MALTSEV/EPA/AFP).
La Russie à l'inverse, malgré son statut de pionnière, a fait peu de place à la gent féminine depuis les années 80. "Les bonnes femmes n'ont rien à faire dans l'espace! (...) Plus jamais je ne veux avoir affaire à des femmes!" avait déclaré après le premier vol féminin le constructeur Sergueï Korolev, père du programme spatial soviétique, selon l'ouvrage de Iaroslav Golovanov, historien de la conquête spatiale, intitulé "Korolev : faits et mythes". "L'essentiel pour l'URSS était d'être le premier pays à envoyer une femme dans l'espace, de dépasser les Etats-Unis", estime Igor Marinine, auteur de plusieurs ouvrages sur la conquête spatiale rappelle l'AFP. Mais un récent changement à la tête de l'Agence spatiale russe pourrait peut-être changer la donne.

« NAGER NUES» DE CARLA GUELFENBEIN

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
CARLA GUELFENBEIN CHEZ BABELIO
Le 11 septembre 2001, les images d'un avion qui perfore la surface verticale et sombre d'une tour à New York réactivent chez Sophie les souvenirs du palais du gouvernement en flammes vingt-huit ans plus tôt, à Santiago. Elle comprend alors qu'il n'est d'oubli sans pardon, ni pardon sans vérité. Et elle se lance à la recherche de cette enfant abhorrée - sa demi-sœur - qui, seule à présent, peut lui donner le goût de vivre.

Dans une prose orageuse et sensuelle où les spasmes des corps répondent aux convulsions de l'Histoire, Carla Guelfenbein affronte le Chili de sa jeunesse et des grands rêves brisés.

Carla Guelfenbein est née en 1959 à Santiago du Chili. Exilée en Angleterre, elle a étudié la biologie et le dessin. De retour au Chili, elle a travaillé dans dés agences de publicité. Actes Sud a publié : Ma femme de ta vie en 2007 et Le reste est silence en 2010.

Le choix des libraires : choisi le 15/06/2013 par Sylvia Peirone de la librairie AU COIN DES MOTS PASSANTS à GAP, France

Voici le troisième roman de cette auteure chilienne, et il est réussi. La maturité se signe à travers une histoire plus intime. Un trio inadéquat se met en place entre un père, sa fille et sa meilleure amie. En fond le Chili des années 70 et sa violence, et puis le 11 septembre américain qui va ramener le besoin de pardon. La force de Carla Guelfenbein est de si bien créer ses personnages que l'on a l'impression de les avoir connus. Auteure à suivre...



Auteur : Carla Guelfenbein
Traducteur : Claude Bleton
Genre : Romans et nouvelles - étranger
Editeur : Actes Sud, Arles, France
Prix : 22.00 €
Date de sortie : 01/06/2013
GENCOD : 9782330019969

vendredi 14 juin 2013

CHILI: VIOLENCES ET MANIFESTATIONS MASSIVES

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

M. VÍCTOR PÉREZ VERA : "DES MEMBRES DES FORCES SPÉCIALES CHILIENNES SONT INTERVENUS ET VIOLÉE L'AUTONOMIE UNIVERSITAIRE". L'ACADÉMICIEN A ACCUSÉ LES CARABINIERS  D'AVOIR "ENVAHI" L'ENCEINTE UNIVERSITAIRE, OÙ ILS ONT AUSSI FRAPPÉ LES ÉTUDIANTS; ET A SOUTENU QU'AVEC CETTE ACTION "UNE TRADITION A ÉTÉ CASSÉ".

Les incidents ont éclaté, dans le centre de la capitale chilienne, lorsqu'un groupe de manifestants encagoulés a quitté le cortège pour lancer des pierres et des cocktails Molotov en direction des policiers.

Les étudiants chiliens ont réalisé près d'une centaine de manifestations pour demander au gouvernement de Sebastian Piñera (premier président de droite depuis la fin de la dictature en 1990) une réforme du système éducatif, cher et inefficace, selon eux. 

Ils ont également repris ces dernières semaines les occupations d'établissements scolaires et universitaires pour obtenir une réforme du secteur. 

Le gouvernement chilien a présenté plusieurs projets de loi à destination du système universitaire, prévoyant notamment de diminuer le coût des crédits contractés par les étudiants pour financer leurs études, mais sans parvenir à calmer la fronde. 

La gratuité des études fait d'ores et déjà partie du programme électoral de l'ex-présidente socialiste Michelle Bachelet, candidate à la présidentielle du 17 novembre prochain et favorite dans les sondages. 

Elle propose, si elle est élue, de lancer une réforme instaurant la gratuité des études universitaires d'ici à six ans

jeudi 13 juin 2013

GRÈCE : GRÈVE GÉNÉRALE JEUDI CONTRE LA FERMETURE DE LA TÉLÉVISION PUBLIQUE

LA UNE DU  JOURNAL L'HUMANITÉ « GRÈCE ÉCRAN NOIR SUR LA DÉMOCRATIE »
Les salariés de l'ERT ont appris leur licenciement avant l'extinction du signal télévisé, peu avant 23 heures, mardi. Ils occupaient mercredi le siège de l'ERT, soutenus par des milliers de manifestants, présents à l'extérieur du bâtiment, et maintenaient leurs émissions, relayées sur Internet.

Enfermé dans son bureau au milieu de partisans encore sous le choc, le président du syndicat de salariés de l'ERT, Panayotis Kalfayanis, a appelé à l'occupation du bâtiment et a indiqué qu'il allait « saisir la justice européenne et la justice grecque » . « Même s'ils veulent détruire la démocratie, les lois s'appliquent encore et je vais me battre » , a-t-il dit à l'AFP mercredi.

Les trois chaînes ont, elles, bien cessé d'émettre, mardi 11 juin, et les écrans sont restés noirs après ces toutes dernières images.

Le gouvernement a annoncé mercredi matin qu'il avait déposé un projet de loi réorganisant l'audiovisuel public. « Il sera abordé lors d'une réunion dans l'après-midi de la commission des projets de loi » , selon un communiqué gouvernemental.

Le porte-parole du gouvernement, Simos Kedikoglou, avait brutalement annoncé la fermeture immédiate de la télévision publique, mardi 11 juin, engageant une épreuve de force inédite avec les syndicats, sous la pression de ses bailleurs de fonds internationaux. L'ERT constitue « un cas exceptionnel d'absence de transparence et de dépenses incroyables. Et tout cela prend fin maintenant» , a-t-il déclaré.

Des milliers de personnes ont afflué mardi soir autour du siège de la télévision publique, dans la banlieue nord d'Athènes, peu avant sa fermeture.

M. Kedikoglou a précisé que ce service public, où les grèves se multipliaient ces derniers mois pour s'opposer aux plans de restructuration, rouvrirait sous une autre forme, avec un personnel réduit. Tous les salariés actuels de l'ERT, au nombre de 2 656, recevront une compensation et seront autorisés à postuler à nouveau à un emploi dans la nouvelle structure, a-t-il précisé.

Cette mesure radicale et sans précédent a été annoncée sans préavis au moment où les chefs de file de la troïka des créanciers de la Grèce sont à Athènes. L'ERT appartient aux multiples organismes d'Etat qui devaient être restructurés ou fusionnés, en vertu du protocole d'accord signé entre la Grèce et ses bailleurs de fonds.

LES « EXIGENCES DE LA TROÏKA» 

Selon les syndicats, en fermant l'ERT, le gouvernement remplit d'un coup l'objectif assigné par les créanciers de la Grèce de supprimer deux mille emplois publics d'ici à la fin de juin. C'est une « solution facile pour répondre aux exigences de la troïka» , souligne le syndicat Poesy, tandis que la Confédération des syndicats des fonctionnaires publics (Adedy) a qualifié le texte législatif de « coup d'Etat» .

Les hauts responsables de la « troïka »  ont repris, lundi à Athènes, l'audit des comptes grecs et le contrôle des réformes, parmi lesquelles figurent la réduction du nombre de fonctionnaires et la fusion ou la suppression des organismes publics. Lundi soir, ils ont eu un entretien avec le ministre de la réforme administrative, Antonis Manitakis, sur la restructuration du secteur public.


« UNE SITUATION PAREILLE N'EST JAMAIS ARRIVÉE NULLE PART» 

« C'est un choc total» , a commenté un journaliste de la rédaction, Pantelis Gonos, tandis que « le gouvernement, sans consultation ni discussion, a choqué tout le monde en annonçant la suspension à minuit de la télévision. Tous les écrans vont être noirs et personne ne sait quand elle rouvrira» , a-t-il dit.

Slate.fr s'est entretenu avec le journaliste Vangelis Demeris, correspondant à Bruxelles de l'ERT de 2001 à février 2013. Ce dernier évoque un « scandale » . « L'ERT est la source majeure d'information pour l'opinion publique. Le paysage audiovisuel grec est très fragmenté. Les chaînes privées sont détenues par différents groupes, mais elles sont beaucoup moins rigoureuses sur le plan de l'information : elles jouent sur l'impression, pas sur les faits. L'ERT est très portée sur l'information dans l'ensemble. Il y a différentes chaînes avec différents rôles, mais les JT de l'ERT sont très regardés. Les débats autour de la crise économique se sont surtout tenus sur les chaînes publiques. Personnellement, j'ai aussi travaillé dans le privé, et la qualité des débats n'a rien à voir, c'est vraiment meilleur dans le public. C'est extrêmement grave pour la démocratie » , explique-t-il.

Ce journaliste n'exclut pas une grève des collègues journalistes de tous les médias par solidarité : « Et donc il n'y aurait plus d'information. Une situation pareille n'est jamais arrivée nulle part. Ça n'est jamais arrivé.» 

mardi 11 juin 2013

FREE NELSON MANDELA


POCHETTE DE L'ALBUM CD DE QUILAPAYÚN : «SURVARÍO ». I
LLUSTRATION  DE CARLOS ARESTI


[ Pour écouter, double-cliquer sur la flèche ] 

          

« FREE NELSON MANDELA » ( DESIDERIO ARENAS ), CE TITRE EST EXTRAIT DE L' ALBUM « SURVARÍO » ENREGISTRÉE CHEZ EMI PATHE MARCONI À  BOULOGNE EN FRANCE EN 1987 EN FRANCE. CETTE CHANSON EST APPARU AUSSI SUR L'ALBUM « QUILAPAYÚN ¡EN CHILE! » EN 1989. 
DURÉE : 00:04:10 

CHILI: LE MINISTRE DE LA CULTURE « ENTERRE » MANDELA PAR ERREUR

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

NELSON MANDELA STENCIL GRAFFITI

Celui-ci s'est excusé au bout de deux heures, indiquant qu'il s'agissait d'une confusion. « Cela peut arriver à tout le monde », a indiqué Ampuero sur Twitter. Nelson Mandela, 94 ans, passait lundi sa quatrième nuit dans un hôpital de Pretoria, où il est toujours dans un état grave après une récidive d'une infection pulmonaire.

lundi 3 juin 2013

« ABSOLUTAMENTE QUILAPAYÚN »




[ Pour écouter, double-cliquer sur la flèche ]

         
« MANUEL ASCENCIO PADILLA »  (SERGIO ORTEGA), CE TITRE EST EXTRAIT DE L' ALBUM «ABSOLUTAMENTE QUILAPAYÚN » PARU ET MIS EN VENTE SIMULTANÉMENT EN ESPAGNE, EN ARGENTINE ET AU CHILI, LE MARDI 27 NOVEMBRE 2012. CE NOUVEL ALBUM DU GROUPE QUILAPAYÚN A ÉTÉ MIS EN VENTE LE 2 AVRIL 2013 EN FRANCE. 
DURÉE : 00:02:45 

L'album « Absolutamente Quilapayún » qui vient tout juste de sortir en France, est encensé unanimement par la critique internationale. Lors d’un entretien avec la presse chilienne Rodolfo Parada le directeur du groupe déclarait : « À 40 ans de sa disparition, nous avons voulu nous souvenir et rendre hommage au Président Allende. C’est pourquoi nous incluons trois nouvelles versions des chansons « Allende », « Canto a la pampa » et « La Batea », ce sont les morceaux quatorze, quinze et seize, qu’il faut considérer comme un bonus du CD ». Mais comme il s’agit d’un nouvel album de studio, il nous a semblé nécessaire de centrer le CD sur les nouvelles créations. En sachant qu’il s’agit d’un moment d’une nouvelle étape de notre travail et que beaucoup d’autres suivront. C’est à cette idée que répondent les douze premiers morceaux du CD. »   

CHILANDÓ


[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]

          
« CHILANDÓ »  (RODOLFO PARADA), CE TITRE EST EXTRAIT DE L' ALBUM « ABSOLUTAMENTE QUILAPAYÚN » PARU ET MIS EN VENTE SIMULTANÉMENT EN ESPAGNE, EN ARGENTINE ET AU CHILI, LE MARDI 27 NOVEMBRE 2012. CE NOUVEL ALBUM DU GROUPE QUILAPAYÚN A ÉTÉ MIS EN VENTE LE 2 AVRIL 2013 EN FRANCE. DURÉE : 00:03:28