jeudi 26 avril 2012

DÉCEPTION À L'OUVERTURE D'UN TESTAMENT DE PINOCHET

ALVARO QUINTANILLA, REPRÉSENTANT D'UNE AGENCE GOUVERNEMENTALE INDÉPENDANTE CHARGÉE DE PROTÉGER LES INTÉRÊTS DE L'ETAT. PHOTO EFE
Alvaro Quintanilla, représentant d'une agence gouvernementale indépendante chargée de protéger les intérêts de l'Etat, a déclaré aux journalistes que le document ne mentionnait qu'un changement d'exécuteur testamentaire. 
Il compte donc demander à la justice d'autoriser l'ouverture d'un autre testament, antérieur, rédigé par Augusto Pinochet en 2000, pour tenter de récupérer une partie de la fortune présumée, a-t-il expliqué. AP

lundi 23 avril 2012

LES AMOURS SECRÈTES DU SITE CHILIEN HUNTCHA À LA CONQUÊTE DES ÉTATS-UNIS


 PUBLICITÉ DE  HUNTCHA.COM  CHEZ VIMEO
Ses créateurs ont lancé cette semaine à Los Angeles une campagne promotionnelle pour tenter de reproduire au niveau mondial le succès remporté par le réseau social depuis son lancement en septembre au Chili. Le principe de « Huntcha » (contraction de « I hunt you », Je te chasse) est très simple : en vous y inscrivant, vous autorisez le site à entrer dans votre liste de contacts sur Facebook. Vous pouvez alors dresser une liste de 9 amis - parmi vos contacts Facebook - qui vous plaisent secrètement. Si l'un de ces amis vous a aussi mis dans sa liste, le site vous met en contact direct, en affichant vos deux photos, accompagnées d'un prometteur « Vous vous plaisez ».
Le site a été créé par les jumeaux trentenaires Cristobal et Sebastian Zegers, et leur ami Sebastian Arteaga, créatifs publicitaires à Santiago.

« On a eu l'idée complètement par hasard », explique Cristobal Zegers. « On réfléchis sait à une idée pour l'un de nos clients et on s'est mis à philosopher sur le pourquoi du comment du succès de Facebook.
Quelqu'un a dit que la principale motivation des utilisateurs (de Facebook) était le flirt. Alors nous, nous avons pensé : pourquoi ne pas faire un site plus convivial, qui m'aide à flirter et à trouver ma moitié, mais d'une manière qui ne me tourne pas en ridicule », dit-il.

Des campagnes aussi en France et au Royaume-Uni 

Les 3 associés ont lancé leur site - d'accès gratuit - de manière informelle, en plaçant un lien vers Huntcha sur leur compte Facebook, et l'idée a séduit à une vitesse extraordinaire, avec 11 000 inscrits en 3 semaines. Aujourd'hui, ils sont plus de 50 000 amoureux platoniques à confier leurs secrets à Huntcha.

Les jumeaux sont venus à Los Angeles en janvier pour évaluer le marché, avant de lancer, cette semaine, une campagne promotionnelle à la radio, sur YouTube et sur Facebook. Des campagnes, plus modestes, ont également été lancées en France et au Royaume-Uni. 

dimanche 22 avril 2012

MICHELLE BACHELET : LES FEMMES SONT DES « FAISEUSES DE PAIX »


C’est sur ce sujet que commence l’interview de Michelle Bachelet par notre correspondante à Bruxelles, Isabel marques da Silva.

Euronews :
Malgré toutes les promesses et les engagements financiers, comment apporter une vraie différence dans la vie quotidienne des femmes des pays en développement ?

Michelle Bachelet :
Elles font tellement de travail d’entretien non payé – comme aller chercher de l’eau ou du bois pour le feu – que si l’on pouvait leur fournir l‘énergie ou les remplacer pour effectuer ces activités, comme la cuisine ou le chauffage, cela leur ferait économiser beaucoup de temps. Et elles pourraient s’en servir pour donner une meilleure éducation ou s’impliquer dans une activité productive.

Euronews :
Pourquoi y a t-il eu besoin de signer un memorandum entre les Nations Unies et l’Union européenne si vous travaillez déjà ensemble sur les droits des femmes ? Allez-vous travailler sur un sujet particulier en 2012 ? Avez-vous des exemples concrets de plus grande coopération à me donner ?

Michelle Bachelet :
Nous avons travaillé ensemble dans le passé mais nous avons besoin d‘étendre cette relation et la rendre un peu plus mondiale, un peu plus exhaustive, pour travailler moins en parallèle mais plus ensemble. Bien-sûr quelqu’un pourrait venir ici, parler à un commissaire et obtenir un projet. Mais nous voulions quelque chose de plus. Nous voulons généraliser et populariser l‘égalité des sexes au sein des activités de la Commission européenne, quand elle s’occupe de gouvernance et de participation politique, quelle est la place des femmes ? Si vous vous occupez de développement économique, comment les projets vont inclure le sort des femmes, les ressources pour les femmes…

Euronews :
Et cela signifie t-il aussi plus d’argent ? Vous avez du lever 500 millions d’euros dans votre première année et ensuite vous avez voulu doubler cette somme. Avez-vous été capable, lors de votre première année de mandat, de lever cet argent ?

Michelle Bachelet :
Pour cette année nous voulions 300 millions de dollars, nous en avons déjà 235, donc nous devons continuer cette levée de fonds. Mais nous avons besoin de beaucoup plus d’argent et cet objectif de 300 millions a été décidé parce que nous savons que la situation est difficile. Nos principaux donateurs jusqu‘à maintenant ont été principalement des pays européens comme l’Espagne mais bien-sûr leur situation est compliquée et ils doivent faire beaucoup d’ajustements. Les pays nordiques pour leur part sont des partenaires fantastiques et ils l’ont toujours été.

Euronews :
Et pas les Etats-Unis ?

Michelle Bachelet :
Eh bien, les Etats-Unis nous soutiennent avec de l’argent, mais ils ne sont pas notre plus gros donateur. L’australie est un donateur important, le Japon, la Corée aussi…

Euronews :
Donc, vous êtes optimistes ?

Michelle Bachelet :
Non, non, non… Nous faisons de mieux en mieux mais ce n’est pas assez. Nous avons besoin de beaucoup plus d’argent ! Pensez que sur les sept milliards d’humains sur la Terre, trois milliards et demi sont des femmes, et 70% d’entre elles vivent dans la pauvreté.

Euronews :
Pensez-vous que les partis extrémistes qui demandent l’instauration de la Charia menacent le Printemps arabe ? Quel est le rôle des femmes dans ce mouvement démocratique très important ?

Michelle Bachelet :
Nous avons tous vu avec le printemps arabe qu’il pouvait représenter une opportunité importante pour l’avancement des droits de femmes. Mais on ne peut pas parler de la même chose pour tous les pays, qui ont des situations très différentes. En Tunisie, après les élections, 26% des gens qui vont prendre des décisions sont des femmes. Nous voudrions être à plus de 30%, mais c’est déjà pas mal. C’est mieux que dans certains pays européens ! mais si on prend l’Egypte d’un atre côté, le taux est très faible : 1,8% des élus sont des femmes. Il nous fauit travailler avec les partis, avec les leaders religieux. Nous avons fait des choses très bien dans beaucoup de parties du monde.

Euronews :
En parlant de leaders religieux, parlons d’une autre partie du monde, l’Amérique latine en l’occurence, où les choses sont très contrastées. Au Brésil, au Costa Rica, en Argentine, beaucoup de femmes ont le pouvoir, mais il y a aussi beaucoup de violence faite aux femmes, par exmple avec l’avortement illégal. Quel est le dialogue avec les dirigeants de l’Eglise ?

Michelle Bachelet :
C’est la même chose qu’avec d’autres dirigeants : il s’agit de trouver un terrain d’entente pour améliorer les droits des femmes, et leur assurer l’accès aux services de gynécologie et d’obstétrique, ou de planning familial par exemple. Quand on voit aujourd’hui que le taux de mortalité maternelle dans le monde est tel qu’une femme meurt toutes les minutes en faisant la chose la plus normale qui soit, c’est à dire donner naissance à un enfant…

Euronews :
Oui mais par exemple, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, s’engagée à aller sur ce terrain, mais sous la pression de l‘église catholique, elle…

Michelle Bachelet :
Oui je sais, mais nous devons travailler avec elle et lui montrer combien il est important que les religions soient en faveur de la vie. Par exemple : il y a aujourd’hui 260 millions de femmes et de jeunes filles qui veulent avoir accès à la contraception, ce qui est impossible pour elles pour l’instant. Je peux vous assurer que si nous pouvions leur fournir des moyens de contraception, quels qu’ils soient, nous réduirions de façon drastique la mortalité de la mère à l’accouchement et après l’accouchement.

Euronews :
C’est un domaine que vous connaissez bien parce que vous venez du mileu médical. Mais je crois savoir que vous avez aussi fait des études militaires, et que vous avez été ministre de la Défense avant d‘être présidente du Chili. J’ai lu que vous vouliez plus de femmes policiers et plus de femmes gardiens de la paix ou médiateurs. Croyez-vous que des femmes avec des armes puissent faire une différence quand il s’agit de violence et de guerre ?

Michelle Bachelet :
Je le crois, mais il y a aussi des preuves : je pense ainsi que les femmes sont de vraies constructrices de paix, des vraies faiseuses de paix, et j’ai constaté dans beaucoup de situations internationales que les femmes peuvent apporter rationalité et paix dans beaucoup de discussions. Dans beaucoup d’endroits du monde les femmes sont malheureusement considérées comme des citoyens de seconde zone. Alors les voir porter une arme ou exercer un poste à responsabilité, ou être des entrepreneurs ou des dirigeants politiques, donne un sentiment de force et donne envie de soutenir les femmes et d’espérer pour elles.

Euronews :
Mais quoi qu’il en soit, à l’exception des pays nordiques, il y a toujours moins de 25% de femmes dans les gouvernements, les parlements, ou dans les conseils d’administration. Croyez-vous aux quotas ?

Michelle Bachelet :
Oui, complètement ! D’abord, la participation des femmes en politique est la lacune la plus importante à combler en termes de droits des femmes. Ce n’est pas seulement “Il nous faut plus de femmes”, c’est “il nous faut plus de femmes car elles ont une valeur ajoutée” qu’il faut dire. Parce que quand les économistes et les hommes d’affaire pensent aux moyens de redresser l‘économie, ils parlent de diversité, de nouveauté, de créativité. Si vous mobilisez des femmes et des hommes de différentes régions du monde, le résultat n’en sera que meilleur.

Euronews :
Madame Michelle Bachelet, au nom d’Euronews, merci.

samedi 21 avril 2012

CHILI : DEMANDE L'EXTRADITION DE RAY E. DAVIS, ANCIEN OFFICIER DE L'ARMÉE AMÉRICAINE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


JOYCE HORMAN AUJOURD'HUI, TENANT L'IMAGE DE CHARLES HORMAN, SON MARI ASSASSINÉ AUX MAINS DE LA JUNTE CHILIENNE, EN 1973. PHOTO « NEW YORK TIMES EXAMINATEUR   »

Le brigadier de l'armée chilienne à la retraite, Pedro Espinoza Bravo, a également été accusé.

Le meurtre de M. Charles Horman était le sujet du film «Missing», paru en 1982.

Le juge Jorge Zepeda, qui enquête sur les violations des droits de l'homme pendant la dictature de Pinochet nommée  « Estadio Nacional »  a demandé à la Cour suprême l'extradition de M. Ray E. Davis afin qu'il soit jugé au Chili.

M. Ray E. Davis fut le commandant de la mission de l'Armée américaine au Chili à cette époque.  


L'ESTADIO NACIONAL FUT UTILISÉ COMME CAMP DE PRISONNIERS ENTRE SEPTEMBRE ET NOVEMBRE 1973, PAR LA DICTATURE DE AUGUSTO PINOCHET, À LA SUITE DU COUP D'ÉTAT DU 11 SEPTEMBRE 1973. PHOTO KOEN WESSING 
Pour sa part, M. Espinoza, est incarcéré dans une prison chilienne réservée aux personnes condamnées pour violation des droits humains, et purge des peines pour plusieurs crimes.

M. Horman avait 31 ans lors de son décès. Il avait été détenu pendant six jours après le coup militaire qui a porté Pinochet au pouvoir en 1973.

La Commission nationale de Vérité et de Réconciliation a estimé que M. Horman fut exécuté le 18 septembre 1973 alors qu'il était détenu par des agents de sécurité de l'état. M. Frank Teruggi, qui était âgé de 24 ans, aurait connu le même sort quelques jours plus tard, le 22 septembre 1973.

vendredi 20 avril 2012

LUMI VIDELA : UN LIVRE EN ITALIE SUR SA MORT

PORTRAIT DE LUMI VIDELA MOYA. PHOTO MEMORIA VIVA
Lumi Videla et son mari Sergio Pérez étaient des responsables du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire, un parti d'opposition à la dictature). Le 4 novembre 1974, le corps dénudé de Lumi est jeté dans les jardins de l'ambassade d'Italie. Sergio est également exécuté. Au moment du coup d'Etat de Pinochet, Barbarini était jeune consul d'Italie en Argentine. Il est dépêché rapidement à Santiago pour aider l'ambassade d'Italie à accueillir des dizaines de réfugiés. Mais, sans statut juridique au Chili, il est menacé par la junte et doit bientôt quitter le Chili. Il y reviendra avec le titre officiel d'ambassadeur en 1998. Il vient d'écrire ce livre qui détaille l'histoire de Lumi Videla et de son assassinat. 

 En 2008, six membres de la DINA (police secrète de Pinochet) ont été condamnés pour ces assassinats dont son directeur, Manuel Contreras , et son tortionnaire principal, Miguel Krassnoff , à 10 ans pour la torture et la mort de Lumi Videla, et 5 ans pour celles de Sergio Pérez, peines confirmées par la Cour suprême l'année suivante. 
 (D'après un communiqué de l'agence ANSA publié par le journal La Nación à Santiago le 19 mars 2012.)

jeudi 5 avril 2012

LA JUSTICE CHILIENNE VALIDE UN PROJET DE BARRAGES GÉANTS EN PATAGONIE

«FUERZA AYSÉN» (COURAGE AYSÉN). AYSÉN : RÉGION ISOLÉE À L'EXTRÊME SUD DU CHILI .PORTÉ PAR LE CONSORTIUM ENDESA-COLBUN, LE MÉGA-PROJET HYDROÉLECTRIQUE AVAIT GÉNÉRÉ UNE FORTE MOBILISATION POPULAIRE CONTRE LUI. PHOTO CLAUDIO SANTANA
Déjà validé par une commission constituée d'autorités régionales en mai 2011, le chantier doit encore recevoir le feu vert du gouvernement. Le cas échéant, la construction ne devrait pas commencer avant 2014 et pourrait durer une dizaine d'années. Ces barrages visent à produire 2 750 mégawatts et augmenter de 20 % la capacité électrique du pays, qui connaît régulièrement des problèmes d'approvisionnement énergétique.

5 900 HECTARES INONDÉS

La Cour suprême avait été saisie par des opposants à HidroAysen, nom du projet, déjà déboutés en première instance et en appel l'année dernière. Porté par un consortium Italo-chilien, Endesa-Colbun, le méga-projet hydroélectrique avait généré en mai une forte mobilisation populaire, avec des manifestations émaillées de violences à Santiago et Coyhaique en Patagonie, à 1 300 km au sud de la capitale.

Pour ses défenseurs, dont le gouvernement, HidroAysen est vital pour l'indépendance énergétique du Chili. Aux yeux de ses détracteurs, il risque de défigurer un des derniers paysages vierges de la planète, une région de forêts, de lacs et glaciers attirant des touristes du monde entier. HidroAysen doit notamment inonder 5 900 hectares, virtuellement déserts.

CHILI : UN POLICIER DÉCÈDE APRÈS UNE PERQUISITION DANS UNE COMMUNAUTÉ MAPUCHE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« MAPUCHE EXÉCUTÉS EN DÉMOCRATIE ». LA RÉPONSE DU GOUVERNEMENT CHILIEN AUX REVENDICATIONS TERRITORIALES DU PEUPLE MAPUCHE EST LA : MORT, LA VIOLENCE ET L’ASSASSINAT.
Les circonstances de la mort du sergent des forces spéciales Hugo Albornoz sont encore confuses. Selon le préfet de la région, la police aurait été victime « d’une embuscade ». Elle menait une perquisition dans la communauté Mapuche Wente Winkul, et c’est après, en sortant, qu’elle aurait été attaquée.

Le sergent a été touché au cou, il a succombé de sa blessure à l’hôpital. Le ministre de l’Intérieur a annoncé hier la création d’un Comité spécial de sécurité. Il s’agit, selon Rodrigo Hinzpeter, d’analyser les actions violentes dans la région et d’accélérer les procès contre leurs auteurs. Une justice plus expéditive donc et sans doute une augmentation des contrôles.

Les associations de défense des droits de l’homme critiquent les perquisitions, la partialité et le racisme de la justice face aux Mapuche et la violence des opérations policières. La lutte menée par une minorité de
Mapuche pour récupérer ce qu’elle considère ses terres ancestrales a commencé dans les années 90. Depuis, trois indiens sont morts par balle policière. Jamais jusqu’ici, un policier n’avait été tué. Si rien ne prouve que le criminel est Mapuche , une escalade de la violence est à craindre.

mercredi 4 avril 2012

test

[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]

lundi 2 avril 2012

LE FRÈRE EMBARRASSANT DU PRÉSIDENT

MIGUEL "NEGRO" PIÑERA, SON EX FEMME BELEN HIDALGO ET LE PRESIDENT DU CHILI, LE MILLIARDAIRE CONSERVATEUR SEBASTIAN PIÑERA. 

Cette présence excentrique s'est muée en réel embarras pour le président, lorsqu'en début d'année l'ex-femme de Miguel, dans sa demande de divorce, l'accusa de violences perpétrées dans une résidence officielle.

"Ce n'est pas facile d'être le frère de", commenta Miguel, persuadé que la presse lui mène la vie dure pour nuire à son frère.


Le pittoresque frérot, auteur de plusieurs frasques et blagues publiques au goût douteux, s’est déjà fait expulser de l’appartement qu’il louait dans l’exclusif quartier de Vitacura suite aux scandales et tapages nocturnes à répétition.

MIGUEL "NEGRO" PIÑERA, LE FRÈRE DU PRÉSIDENT DU CHILI, FAISANT LE PITRE DEVANT LES GARDES DU PALAIS DU GOUVERNEMENT. LE DÉCORUM RÉPUBLICAIN A LA PRESIDENCE MIS A RUDE ÉPREUVE PAR CE DRÔLE DE PARENT


Il a été condamné en 2010 à 50 heures de travaux d'intérêt général, 11.500 dollars de dommages et intérêts et un an de suspension de permis, après avoir provoqué un accident de la route en état d'ivresse suivi d'un délit de fuite.

NOTRE CAMARADE LISE LONDON N'EST PLUS.

MME LISE LONDON LORS DU 70ÈME ANNIVERSAIRE DES BRIGADES INTERNATIONALES À MADRID, LE 9 OCTOBRE 2006. PHOTO PIERRE-PHILIPPE MARCOU
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
De ce séjour, exaltant, Lise garda cependant un goût plus qu'amer au spectacle humiliant et tragique des purges staliniennes, ne pouvant savoir qu'elle y serait elle-même confrontée quelques années plus tard, dans un tout autre contexte, en Tchécoslovaquie.


LE TÉMOIGNAGE DE LISE LONDON, LES BRIGADES INTERNATIONALES DE 1936 À 1939



À son retour en France, à l'été 1936, Lise travaille comme secrétaire auprès du responsable de la MOI (Main-d’œuvre immigrée, section rattachée au comité central du PCF). Elle prend une part active à la mise en place des Brigades internationales de solidarité avec les Républicains espagnols, à Paris, puis à Albacete, au quartier général des Brigades internationales, auprès d'André Marty.

ARTUR LONDON, MILITANT COMMUNISTE ET
RÉSISTANT TCHÈQUE, ÉPOUX DE LISE LONDON.
Ce fut un combat fondateur pour Lise et sa génération. À chacune de nos rencontres, je retrouvais en elle l'être libre, toujours aussi droit et digne, avec, dans les yeux, toute la tendresse et toute la force qui ont été siennes au long de son existence. Les épreuves traversées, les combats menés, n'ont fait que renforcer son humanité. Et grâce à elle, le monde fut à chaque fois un peu meilleur.
Rejointe à Paris par son époux, en février 1939, et jeune maman d'une fille née en février 1938, Lise est des premières à s'engager, sous les ordres d'Henri Rol-Tanguy, dans la Résistance, devenant capitaine des Francs-Tireurs et Partisans (FTP). Poursuivie par l'occupant pour « assassinat, association de malfaiteurs et activités communistes », Lise est arrêtée en août 1942 par la police française.
CARTE POSTALE EN HOMMAGE À DANIELLE CASANOVA,
JEUNE RÉSISTANTE ANTINAZIE MILITANTE DU PCF, ET
LE TIMBRE COMMÉMORATIF ÉMIS POUR LA JOURNÉE
INTERNATIONALE DES FEMMES EN 1983, À 40 ANS DE
SA MORT EN DÉPORTATION. DESSIN DE SAINSON ET 
SETEMPS.
Elle donne naissance à son fils en prison à La Petite Roquette, puis après un passage à Fresnes et à la prison de Rennes, elle est livrée aux Allemands pour être déportée au camp de concentration de Ravensbrück.
Elle s'y lie d'amitié avec Danielle Casanova et tant d'autres femmes qui n'en reviendront jamais.

Les conditions inhumaines du camp de concentration, celles infligées aux membres de sa famille entière – son père, son frère eux aussi emprisonnés et à son mari, Artur, lui aussi déporté – n'auront pas raison d'elle.
PHOTO DE LISE LONDON FIGURANT SUR SA
FICHE SIGNALÉTIQUE, ÉTABLIE PAR LA
GESTAPO AU MOMENT DE SON ARRESTATION,
EN AOÛT 1942.
A la libération, Artur et Lise s'installent en Tchécoslovaquie qui doit se reconstruire ; Artur entre au gouvernement comme vice-ministre des Affaires étrangères.
L'épreuve qui les attendait en Tchécoslovaquie de 1951 à 1956 fut des plus tragiques. À ses procureurs staliniens, elle déclara : « J’étais, je suis et je resterai communiste, avec ou sans carte du Parti ».

ARTUR LONDON A FAIT UN LIVRE DE SON 
EXPÉRIENCE FACE AU STALINISME EN
TCHÉCOSLOVAQUIE, NOTAMMENT LE PROCÈS 
QUI LUI A ÉTÉ FAIT A L’ÉPOQUE. SON
TÉMOIGNAGE A ÉTÉ ADAPTÉ AU CINÉMA
EN FRANCE PAR COSTA-GAVRAS, RÉALISATEUR  
EN 1970 DE « L’AVEU », UN DES GRANDS FILMS
POLITIQUES DES ANNÉES 70, INTERPRÉTÉ 
PAR SIMONE SIGNORET ET YVES MONTAND.
Sa résistance à la folie stalinienne prenant pour cible les anciens Brigadistes, et la solidarité des communistes français alertés par Raymond Guyot, auront raison de la terreur stalinienne. Libéré, Artur est enfin réhabilité en 1956. Revenus en France en 1963, le pays qu'ils ont libéré du nazisme et de la Collaboration, le pays qui a vu naître leurs enfants, Françoise et Michel, ils ne la quitteront plus.

« Ouvrez grands les yeux, ne vous laissez pas enfermer dans les certitudes, n’hésitez pas à douter, battez-vous contre les injustices, Ne laissez pas la perversion salir les idéaux communistes. Soyez vous- mêmes », dira notre camarade Lise London à ceux qui l'interrogeaient encore sur son engagement communiste présent.

« Ouvrez grands les yeux... soyez vous-mêmes » – Chère Lise, en chérissant ta mémoire, nous serons fidèles à ton injonction.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
Paris, le 1er avril 2012

Petite bibliographie de Lise London :
L'aveu : dans l'engrenage du procès de Prague, version française d'Arthur et Lise London, Gallimard, 1971.
L'écheveau du temps : la mégère de la rue Daguerre, souvenirs de résistance, Paris, Seuil, 1995.
L'écheveau du temps : le printemps des camarades, Paris, Seuil, 1996.
Le Printemps des camarades, Paris, Seuil, 1998.